Reportage : Voyage aux Galapagos avec Patrick Scaps

Sommaire

Patrick Scaps a pris de nombreuses photos lors de son voyage aux Galapagos. Voici une sélection de photos, accompagnée de commentaires pour chaque espèces :

L'Iguane marin (Amblyrhynchus cristatus)

L'iguane marin est une espèce endémique des îles Galapagos. On distingue 7 sous-espèces. L'iguane marin proviendrait d'un ancêtre issu du continent sud-américain arrivé par des radeaux de végétation flottante. C'est l'unique saurien marin. Sa couleur sombre lui permet de capter plus de chaleur lors de l'exposition aux rayons solaires et le rend mimétique avec le basalte lui assurant ainsi un camouflage efficace contre les prédateurs. Animal herbivore, il se nourrit d'algues marines et peut rester plus d'une heure sous l'eau. Il peut plonger jusqu'à une profondeur maximale d'une vingtaine de mètres. Il se nourrit de préférence à marée basse. Il possède des glandes à sel qui lui permettent d'éjecter par les narines les excès de sel provenant de son alimentation. Les jets peuvent projetés sur une distance de plus de 30 cm. Sa longévité est comprise entre 25 et 30 ans. La période de reproduction s'étend de novembre à décembre, la ponte a lieu en février-mars et l'éclosion des œufs vers mai-juin.

La Buse des Galapagos (Buteo galapagoensis)

© Patrick Scaps

La buse des Galapagos appartient à l'ordre des Falconiformes. C'est une espèce endémique qui se place au sommet de la "chaîne alimentaire". Elle se nourrit de serpents, lézards, pinsons, fous, etc. La femelle s'accouple avec/et jusqu'à 4 mâles et bâti jusqu'à 4 nids dans les arbres ou sur les rochers occupés chacun par un mâle.

Le Pinson des arbres à petit bec (Camarhynchus parvulus)

© Patrick Scaps

Le pinson des arbres à petit bec fait partie de la sous-famille des Geospizae que l'on ne rencontre qu'aux îles Galapagos et sur l'île de Coco. C'est l'une des 13 espèces de pinsons endémiques de l'archipel, toutes provenant de Melanospiza richardsonii, le pinson de Sainte Lucie aux Caraïbes. On rencontre cette espèce plutôt dans la zone humide.

L'iguane terrestre (Conolophus subcristatus)

© Patrick Scaps

L'iguane terrestre des Galapagos provient de l'iguane vert Iguana iguana originaire d'Amérique et des Caraïbes. Il existe 2 espèces d'iguanes terrestres dont C. subcristatus. Il se nourrit d'herbes mais surtout des raquettes épineuses des cactus du genre Opuntia. Sa longévité est comprise entre 60 et 70 ans. Il vit dans les parties les plus sèches des îles et creusent des terriers dans le sol.

Le Mérou (Epinephelus labriformis)

© Patrick Scaps

Cette espèce de mérou est abondante dans tout l'archipel où on la rencontre au niveau des fonds rocheux entre 6 et 15 m de profondeur.

La grande frégate (Fregata minor)

© Patrick Scaps

La grande frégate appartient à l'ordre des Pélicaniformes. Cet oiseau a perdu l'imperméabilité de son plumage car sa glande uropygiale lui servant à huiler ses plumes est atrophiée. Elle pratique le cleptoparasitisme c'est-à-dire qu'elle poursuit les autres oiseaux afin de leur prendre leur nourriture en vol. Elle est néanmoins également capable d'attraper des poissons à la surface de l'eau. Lors de la saison de reproduction, les mâles gonflent une énorme poche rouge sous la gorge.

La Tortue géante des Galapagos (Geochelone elephantotus)

© Patrick Scaps

Les tortues géantes des Galapagos seraient arrivées par des radeaux de végétation flottante depuis l'Amérique du Sud. L'ancêtre probable Geochelone chiliensis serait originaire d'Argentine. Les tortues peuvent peser jusqu'à 50 kg pour les femelles et 250 kg pour les mâles. Des 14 sous-espèces peuplant à l'origine l'archipel, il n'en reste à l'heure actuelle que 11. Elles se nourrissent d'herbes, de feuilles, de fleurs et des raquettes épineuses des cactus du genre Opuntia. La reproduction a lieu lors de la saison chaude. Les œufs sont déposés dans un nid d'une trentaine de cm de profondeur que la femelle a creusé. L'incubation dure de 3 à 8 mois et dépend de l'altitude. Le nombre d'œufs déposés dans le nid varie de 4 à 15 selon les sous-espèces. Le sexe est déterminé par la température. Si celle ci est supérieure à 28,5 °C les œufs donneront naissance uniquement à des individus femelles; en revanche, si elle est inférieure à 28,5°C, ils donneront naissance uniquement à des individus mâles. On ne connaît pas avec précision la longévité des tortues mais à la Station Darwin, la plus vieille aurait plus de 170 ans!

La murène tachetée (Gymnothorax dovii)

© Patrick Scaps

La murène tachetée est l'une des nombreuses espèces (une quinzaine d'espèces) de murènes rencontrées aux îles Galapagos. Elle est commune dans tout l'archipel. Elle se dissimule dans les crevasses. Malgré son aspect hideux cette espèce ne représente pas un danger pour le plongeur.

L'Hippocampe du Pacifique (Hippocampus ingens)

© Patrick Scaps

L'hippocampe du Pacifique est rarement observé aux îles Galapagos. C'est le seul hippocampe présent dans la partie orientale de l'océan Pacifique.

Linckia columbiae

© Patrick Scaps

Cette petite étoile de mer de coloration variable se rencontre sous les pierres ou dans les crevasses depuis le milieu subtidal jusqu'à 150m de profondeur. Elle est plus commune dans la partie occidentale de l'archipel.

Le Poisson-Lune (Mola mola)

© Patrick Scaps

Le poisson lune est un poisson pélagique qui approche parfois des côtes pour se faire nettoyer. Le long du tombant de Punta Vicente Roca de l'île d'Isabella ce poisson lune se faisait nettoyer par des poissons anges royaux (Holacanthus passer) par une trentaine de mètres de profondeur.

Nidorellia armata

© Patrick Scaps

Cette étoile de mer facilement reconnaissable est présente sur les fonds rocheux depuis le milieu intertidal jusqu'à 73 m de profondeur. Elle est plus commune dans tout l'archipel.

Le Flamand rose (Phoenicopterus ruber)

© Patrick Scaps

Le flamant rose appartient à l'ordre des Phoenicoptériformes. C'est une espèce rare aux îles Galapagos. A l'aide de son bec il filtre la vase à la recherche principalement de petits crustacés les artémies qui lui donnent sa coloration rose. Les nids de boue se présentent sous la forme de petites tourelles grises. La ponte comprend un œuf unique. Sa longévité est comprise entre 18 et 24 ans. On compte entre 400 à 600 individus pour l'ensemble de l'archipel.

Le requin marteau halicorne (Sphyrna lewini)

© Patrick Scaps

Le requin marteau halicorne a une tête en forme de T rappelant une masse. Il est présent en abondance autour des îles de Wolf et de Darwin. Il peut mesurer jusqu'à 3,5 m de longueur. Le plus souvent il est solitaire mais parfois les requins marteaux halicornes se regroupent pour former des bancs impressionnants.

Le Fou à pattes bleues (Sula nebouxii)

© Patrick Scaps

Le fou à pattes bleues appartient à l'ordre des Pélicaniformes. C'est le fou le plus commun des îles Galapagos. Il se nourrit à proximité du rivage. Sa longévité est comprise entre 15 et 20 ans. Il pond entre 1 et 3 œufs (en général 2) dans une dépression du sol entourée d'excréments. L'éclosion du premier œuf se fait 5 à 7 jours avant celle du second. Si la nourriture est suffisante les deux jeunes seront élevés ensemble. Sinon uniquement le plus fort survivra. Comme la nourriture est généralement abondante il y aura plus d'une portée par an.

 

-> >
footer> <">D marlemenB/biologRT Bâtalime SN3, Calites Scientifiq, 59655 V-liln peu d'Ascq CEIND Tél: +33 (0)et t 243 40 87 Télémscie: +33 (0)et t 243 68 49 br/> >Mcienons Lée;gas"> | >Ppelle duianteWebm Pasrte

n> /footer>"> < >