Les grands scientifiques honorés par l'UFR de Biologie

Jules GOSSELET (1832-1916)

  • Professeur de géologie
  • Premier titulaire de la Chaire de géologie et minéralogie (1864-1902)
  • Doyen de la Faculté des Sciences (1896-1902)
  • Président de la Société géologique de France (1894)

 portrait Jules Gosselet

Il est considéré comme le fondateur de la géologie régionale. Ses recherches s’étendent des Ardennes au Boulonnais en passant par le bassin minier. Ses découvertes permettent d’augmenter la surface du bassin d’exploitation des compagnies des mines. Ses récoltes de plusieurs dizaines de milliers de fossiles et de roches sont à l’origine du musée de géologie de Lille, inauguré en 1902. En 1870, il fonde la Société géologique du Nord, rattachée à la Faculté des Sciences. Il décède pendant la première guerre mondiale, ayant pris froid en sauvant les collections du musée de géologie, dévasté par l’explosion d’un dépôt de munitions. Il a légué son importante bibliothèque au laboratoire de géologie de l’Université.

 

"Né à Cambrai en 1832, Jules Gosselet est issu d'une famille bien implantée dans le Hainaut, région de Landrecies-Maroilles. Son père, Jacques, était pharmacien à Cambrai, frère d'Auguste, médecin des épidémies à Lille, et sa mère Adèle Dollez.

Elevé en liberté au grand air, instruit par sa tante Tantinette puis par l'institution Courboulis de Landrecies où il apprit le latin, il passa par le lycée de Douai qu'il quitta bachelier pour aller à Paris à l'école de Pharmacie.

Trop distrait et bucolique pour être apothicaire, il entra dans l'enseignement comme second professeur de mathématiques au Quesnoy où il mena de front ses cours et des premières recherches personnelles de sciences naturelles.

Inscrit comme étudiant à Paris à ce titre, il se passionna très vite pour la géologie et fut engagé par l'un de ses examinateurs, Constant Prévôt, comme préparateur en géologie à la Sorbonne. Homme de terrain, à Paris comme en sa région natale, après avoir réussi sa licence de sciences naturelles en 1855, il présente à la Société géologique de France en 1857 une étude sur les carrières d'Etroeungt, ses fossiles, sa stratigraphie. Dès lors, il fut perçu comme un révolutionnaire n'ayant foi que dans le terrain, sa boussole et son marteau, mais demeura l'élève assidu du très libéral et ouvert Constant Prévost, comme du méthodique professeur Hébert. Sa thèse de doctorat, soutenue en 1860 à la Sorbonne sur les terrain primaires de Belgique, des environs d'Avesnes et du Boulonnais, confirme cette réputation.

Après un passage au lycée de Bordeaux jusqu'en 1864, où le suit en 1863 sa jeune épouse Marthe Dollez, il est professeur suppléant d'histoire naturelle à la faculté de Poitiers, avant d'être nommé, fin décembre 1864, titulaire de la chaire de Géologie créée à l'Université de Lille.

Obstiné, voire têtu, de plus en plus adapte du terrain et de la pédagogie active et pratique, il étudia et fit découvrir à ses élèves le Nord de la France, les Ardennes et l'Eifel, s'attachant aux coupes stratigraphiques et aux données révélées par les fossiles en matière de niveaux paléontologiques. La connaissance tectonique de la chaîne ardennaise, la paléontologie de la zone en Rhin et Mer du Nord, la dénivellation, datée, des Flandres par rapport à l'Artois, la cartographie géologique et hydrogéologique, les phosphates, la houille sous les terrains dévoniens, constituèrent le résultat principal de ses recherches, sur le terrain et synthèses réalisées en cours et en publications par Jules Gosselet et l'équipe de ses disciples, et l'équipe de ses disciples, stimulés par l'exemple de son altruisme.

En 1902, atteint par la limite d'âge, il quitte sa chaire, unanimement salué par les géologues de toute l'Europe, Charles Barrois continue son oeuvre et entretient une coopération amicale avec le généreux Jules Gosselet qui a donné à la Ville de Lille et à son Université, sa collection et sa bibliothèque. Dès lors, le grand-père instruisit personnellement ses deux petits-fils dont François, futur président de la Société de géographie de Lille, comme il avait instruit ses soeurs dans sa jeunesse à Landrecies.

Cette force de la nature mourut à 84 ans, en 1916, des suites d'un malaise contracté au laboratoire tandis qu'il s'efforçait à sauver, dans le froid et l'humidité, ses collections muséographiques mises à mal par la terrible explotion du dépôt de munitions des Dix-Huit Ponts, dans Lille occupée".

D'après Histoires du Nord 3 – Hommage à Jules Gosselet