Les grands scientifiques honorés par l'UFR de Biologie

Jules Henri Barrois (1852-1943)
Le Zoologiste

portrait Jules Barrois 

Jules Henri Barrois est né à Lille le 03 septembre 1852 et décédé à Villefranche-sur-Mer en 1943.

Il est le frère du géologue et paléontologue Charles Barrois et tous deux sont anciens élèves d’Alfred Giard à la Faculté des Sciences de Lille.

Docteur ès-Sciences, embryologiste, il assista le Professeur Giard à la création du Laboratoire de Zoologie Marine de Wimereux près de Boulogne-sur-Mer. Après des recherches à Roscoff et à Saint-Vaast, il publia et défendit des thèses en novembre 1877 sur l’Embryologie des Bryozoaires à la Faculté des Sciences de Paris (Mr Milne Edwards étant Président de la commission d’examen).

Il épousa le 24 février 1879 à Saint-Quentin (Nord), Marie-Blanche Bruhy. Il quitta le nord de la France pour se fixer d’abord au Cap Brun, près de Toulon. Attiré par la richesse en plancton de la rade de Villefranche-sur-Mer, il apprend que le Professeur Hermann Fol de Genève est prêt à faire donation du matériel nécessaire à la création d’un laboratoire, il le signale au Ministère de l’Instruction Publique et s’offre pour diriger le Laboratoire à titre gratuit le 05 novembre 1881. Un laboratoire rudimentaire est créé dans l’un des deux pavillons du Lazaret de Villefranche. Jules Barrois est nommé Directeur.

C’est là qu’il reçoit Elie Metchnikoff (co-lauréat avec Ehrlich du Prix Nobel de Physiologie et de Médecine en 1908 pour leurs travaux sur l’Immunité), puis Alexis Korotneff, deux embryologistes russes. Ce premier laboratoire très primitif doit être fermé dans les années 1883-84. Jules Barrois, qui avait besoin d’un laboratoire, convainquit Hermann Fol et Alexis Korotneff de faire des démarches auprès du gouvernement russe pour qu’il veuille bien céder un bâtiment délabré dont la marine russe avait l’usufruit mais n’utilisait plus. Ce nouveau laboratoire zoologique dont Jules Barrois est le Directeur en 1885, reçoit alors des subventions annuelles des gouvernements français, russes et d’Oxford. Des naturalistes français, russes, suisses et anglais y font des recherches. Au retour d’un voyage aux iles de la Sonde, Korotneff se brouille avec ses collègues Fol et Barrois qui quittent alors le laboratoire dont Korotneff devient le Directeur.

Evincé par KOROTNEFF en 1896, Jules BARROIS quitte la station et fonde en bord de mer son nouveau laboratoire personnel qu’il peut apercevoir depuis son domicile.

Jules Barrois avait perdu le 23 février 1884 sa seconde fille et cet évènement douloureux a dû contribuer à son retrait. Il ne répondit plus aux invitations, ni aux réunions de savants du musée océanographique de Monaco, …

Comme les « naturalistes » de son époque, son intérêt se portait aussi sur d’autres sujets que sa spécialité, en particulier les Vipéridés, certains insectes dont les papillons et les araignées, mais aussi la botanique.

  D’après Antoine VARÉ, petit-fils de Jules BARROIS (Octobre 1978)