Pasteur à Lille (1854-1857)


image Panneau Pasteur

 

Le panneau s'ordonne autour de la figure de Pasteur photographié à l'âge de son séjour à Lille.

  • L'enseignement est évoqué par l'affiche des cours de l'année 1856-1857. A noter qu'il n'existe que 6 enseignants : M. Mahistre (Mathématiques et Mécanique), Guiraudey (Géométrie), Lamy (Physique -il sera à l'origine de la découverte du thallium-), Viollette (Chimie -il réalise d'importants travaux sur le sucre qui permettront le développement de l'industrie betteravière et sucrière dans la région-), Lacaze-Duthiers (Sciences Naturelles -il est le fondateur des Laboratoires maritimes de Roscoff et de Banyuls-) et enfin le doyen Pasteur (à noter l'aspect appliqué de son poste qui comporte des manipulations et des visites d'usine).
     
  • Les premiers travaux de recherche de Pasteur concernent les cristaux d'acide tartrique. Pasteur les sépare en deux tas. Ceux de la forme lévogyre dévient la lumière polarisée vers la gauche ; ceux de la forme dextrogyre la dévient vers la droite. Il envisage que la dissymétrie des formes cristallines correspond à une dissymétrie interne de la molécule. Ayant étendu ses recherches à l'alcool amylique¹, il conjoncture que la dissymétrie moléculaire de cet alcool est due à l'action d'un ferment, et que cette dissymétrie pourrait être étroitement liée à la vie.
     
  • Son mémoire « Fermentation appelée lactique » jette les fondements de la microbiologie. Il est publié par la Société Impériale des Sciences de Lille en 1858. Il établit que «de même qu'il existe un ferment alcoolique, la levure de bière, que l'on trouve partout où il y a du sucre qui se dédouble en alcool et en acide carbonique, de même il y a un ferment particulier, une levure² lactique toujours présente quand du sucre devient acide lactique » et il conclut « la nouvelle levure est organisée, c'est un être vivant et son action chimique sur le sucre est corrélative de son développement et de son organisation ».
     
  • Sur le panneau, la levure de bière (Saccharomyces cerevisiae) est représentée sous trois modalités d'observation : étalement en microscopie photonique (seul moyen dont disposait Pasteur), coupe en microscopie électronique à transmission (le noyau est bien visible) et examen en microscopie électronique à balayage (en fausses couleurs) montrant le bourgeonnement des levures au cours de leur reproduction asexuée.
     
  • Les travaux de Pasteur ont favorisé le développement de l'industrie de la bière. Ceci est rappelé dans ce panneau par la présence d'un fermenteur. Le résultat en est un bon bock bien crémeux dont il faut user avec modération, ce qui n'est pas toujours le cas du célèbre héros flamand Gambrinus montré ici chevauchant son tonneau.


Réalisation Atelier de peinture de l'ASA (Association de Solidarité des Anciens de l'Université Lille 1)

 Printemps 2013 : M. Bellart, J. Bonte, Y. Crosnier, A. Delepeire, A. Dhainaut, M. Marre, F. Sucher

 

¹ Pour ses études sur l'alcool amylique, Pasteur a besoin de grandes quantités de jus de betteraves, elles lui seront disponibles grâce à une collaboration avec un industriel local, M. Bigo-Tilloy
²  En fait, le microorganisme impliqué est une bactérie et non une levure, mais vu la qualité optique des microscopes de l'époque !